Le monolithe…

Larchant : le voyage mouvementé d’un monolithe orné

Visualisation 3 D du monolithe de la grotte à la peinture

En 2020, sous la direction de Boris Valentin, professeur d’archéologie à l’université Panthéon-Sorbonne et avec l’appui de la DRAC Île-de-France, de l’ONF, du PNR du Gâtinais français et de la Mairie de Larchant, une roche de plusieurs tonnes a été déplacée pour être exposée salle Sablonnière.

Il s’agit d’un monolithe enterré, qui avait été trouvé par Jacques Hinout, lors de sa fouille de la grotte à la Peinture, en 1981. Selon une hypothèse vraisemblable, ce bloc se serait détaché de la paroi de la grotte à l’époque mésolithique et serait retombé sur le sol de la grotte. Ce monolithe à trois faces, disposé au sein des couches mésolithiques qui avaient été datées de 7 000 à 7 200 avant J.C., a permis de situer avec certitude les pictogrammes sauveterriens qui l’ornaient. Car l’estimation de l’âge des gravures sur grès est toujours délicate à obtenir, en l’absence de repères.

Conscients de l’importance de la découverte, les autorités compétentes ont jugé utile que ce bloc orné puisse être vu et exposé au public, dans un but d’enseignement. C’est pourquoi son transport a été organisé les 1er et 2 octobre 2020. Son poids a nécessité de nombreuses collaborations, pour l’excaver, l’extraire, le déposer sur un traineau, lui faire descendre l’étroit chemin qui mène à la grotte, le transporter jusqu’à la salle de la Sablonnière, le nettoyer, le numériser en image 3D, le redresser et le poser sur un socle confectionné tout spécialement. Le monolithe, mis en valeur et éclairé, sera visible de l’intérieur de la salle. Un film de l’opération a été réalisé et sera présenté en janvier pour l’inauguration.